Partenaires : Un GPS révolutionnaire pour malvoyants testé sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle

Publié par René Tarayre le 3 juillet 2011 à 23:44 (CEST) ( 1024 visites )

Le chemin de Saint-Jacques de Compostelle est une voie largement empruntée par de nombreux pélerins et qui traverse notre département, d’Aubrac à Conques. En Aveyron, le Comité Départemental du Tourisme a fait le choix d’accompagner les professionnels dans l’accueil des publics en situation de handicap, en prenant en charge l’animation du label Tourisme et Handicap depuis 2003. C’est dans ce cadre qu’une grand première va se dérouler.

JPEG - 240.7 ko
Gérard Muller atteint de rétinopathie pigmentaire sur le Chemin de Saint-Jacques de Compostelle

Gérard Muller, 62 ans, atteint de rétinopathie pigmentaire, va parcourir seul, depuis Le Puy-en-Velay, près de 740 km sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Cet exploit de quarante jours est rendu possible par l’utilisation d’un outil technologique innovant, développé par une équipe partenaire de l’Institut de la Vision : un GPS nouvelle génération qui permet aux personnes handicapées visuelles de se déplacer seules et en sécurité sur un chemin de grande randonnée.

Cette randonnée-test, qui se déroulera du 3 juillet au 15 août 2011,
permettra d’expérimenter ce nouvel équipement dans des conditions
exceptionnelles. Une équipe d’instructeurs en locomotion veillera à
distance sur Gérard Muller, et recueillera toutes les informations
utiles au déficient visuel : repères tactiles au sol, qui permettent de
confirmer que l’on est sur le bon sentier, dangers, passages à trouver,
etc. Au final, un fichier numérique à installer sur un téléphone
portable proposera à l’utilisateur le guidage le plus adapté ainsi que
les informations utiles au fur et à mesure de sa progression sur le
chemin.

Ce parcours sera également l’occasion pour Gérard de prouver
qu’une personne malvoyante peut se dépasser, et de promouvoir son
soutien à la recherche scientifique et médicale sur les maladies
oculaires menée par l’Institut de la Vision. Cet institut, construit au coeur du CHNO des Quinze-Vingts, est l’un des plus importants centres de recherche intégrée en Europe sur les maladies de la vision.
La richesse de ce nouvel institut est de réunir sur un même
site la recherche fondamentale, clinique et industrielle, afin que les découvertes faites par les chercheurs puissent être testées le plus rapidement possible avec les industriels ou les pouvoirs
publics, dans l’intérêt premier des patients.

La Commune et l’Office de Tourisme mettent en oeuvre depuis presque quatre ans un certain nombre d’actions visant à faciliter la découverte de Conques aux déficients visuels notamment. Affirmant ainsi sa volonté de s’engager sur la voie de l’accessibilité, la ville est intégrée, dès 2009, par l’association Braille et Culture, dans le dispositif « Le Massif central au bout des doigts », dont l’objectif est de constituer, à l’échelle du massif central, un réseau d’une douzaine de sites patrimoniaux adaptés à l’accueil des publics déficients visuels. Formation du personnel d’accueil, réalisation de carnets de visite en relief, en braille, gros caractères et couleurs contrastées, de plans tactiles, de maquettes de l’abbatiale et du tympan, adaptation du site Internet ont permis à l’Office de Tourisme de Conques d’obtenir le label Tourisme et Handicap en mai 2009 (visuel et mental).

Ce projet a tout son sens à Conques

  • Sainte Foy, déjà, venait au secours des aveugles
  • La lumière est une thématique forte notamment avec l’oeuvre de Soulages

le 16 juillet 2011, lors de l’étape conquoise de Gérard Muller, se déroulera une conférence de presse présentant le projet et en faisant un premier bilan après deux semaines d’expérimentation.