Aveyron , Culture : Le Château de Cabrespines - Un peu d’histoire et d’histoires de château

Publié par Alain Marcillac le 25 novembre 2016 à 16:55 (CET) ( 889 visites )

Il était une fois un autre château de Cabrespines appartenant à la famille Aygalenc du Cros. La partie occidentale du château, appelée « Manoir » est accolée à une tour byzantine est la partie la plus ancienne du château. Ses murs sont d’une hauteur imposante.

Puis, du fait des successions, les deux familles sont réunies, leurs deux histoires n’en font plus qu’une et les châteaux qu’un seul château.

Mais l’histoire n’en reste pas là. En 2009, la seule héritière du château le vend à deux passionnés bien courageux Jean-Claude Delbouis et sa femme, qui sous l’égide des Bâtiments de France ont entrepris, année après année, d’importants travaux de restauration.

Pour la petite histoire :

Avant de parler du château de Cabrespines, il est nécessaire de parler de l’ancien château du Tourruol.
Ce château féodal qui se situait sur le promontoire de Cabrespines a été construit au 11e siècle.
Au 13e siècle, il devient l’une des résidences préférées des Comtes de Rodez.
En 1469, le château passa sous l’autorité royale. A la suite des guerres de religions où le château résista victorieusement aux protestants, le prince de Condé craignant que le château ne devienne le repaire pour ces religionnaires ordonna sa destruction en 1628. Les travaux de démolition durèrent deux ans. (Il n’en reste plus que quelques vestiges)

L’actuel Château de Cabrespines
La partie occidentale du château, appelée « Manoir » accolée à une imposante tour byzantine est la partie la plus ancienne du château puisqu’elle existait avant la construction du château du Tourruol. Ses murs sont d’une hauteur imposante à l’entrée du bourg. Elle appartenait à la famille Aygalenc, ancienne famille bourgeoise de Cabrespines.
Des années plus tard, un autre Jean Aygalenc, descendant du premier, notaire à Cabrespines, épousa Antoinette Barette de Cros, descendante des premiers capitaines du château du Tourruol et amena en héritage le nom de De Cros. La famille s’appela désormais Aygalenc du Cros.
Ce Jean Aygalenc du Cros va avoir un petit fils qui va épouser en 1751 Antoinette de Glandières de Brussac. La famille de Glandières de Brussac est originaire du château de la Boissonnade entre Laguiole et Cassuejouls. De cette union ne naîtra aucune descendance.
La partie orientale du château qui surplombe la Coussanne, petite rivière traversant
Cabrespines, est plus récente puisqu’elle fut édifiée en 1643 par le noble Jean de Cambon, Seigneur de Cabrespines, avec les matériaux de la démolition du château du Tourruol.
Donc, le château du Tourruol est détruit aux alentours des années 1630 et les matériaux récupérés servent à construire ce corps de logis une dizaine d’années plus tard.
La famille Cambon va habiter la demeure pendant quelques années. En 1750, elle est vendue à Maître Jean Antoine de Sauveplane, écuyer, conseiller du Roi, lieutenant de police de la ville de St Geniez. Mais il meurt en laissant beaucoup de dettes et la demeure est de nouveau vendue par sa fille en juillet 1768 à un certain Pierre de Cambon, prieur de Touluch. Ce dernier n’a pas d’argent non plus et son fils est contraint de vendre la demeure à son tour faute de pouvoir la payer. C’est alors qu’elle est achetée en 1780 par Charles de Glandières de Brussac, archidiacre à la cathédrale de Rodez et qui n’est autre que le frère d’Antoinette de
Glandières qui habite au Manoir.
Avant sa mort en 1792, il lègue ses biens à son neveu le marquis Philippe de Glandières de Brussac.
De son côté, Antoinette de Glandières qui n’a pas de descendance non plus fait la même chose, et c’est encore Philippe de Glandières qui hérite également du Manoir.
Ainsi les deux parties qui étaient à l’origine deux demeures distinctes sont réunies et ne forment plus qu’un seul château.

Les De Glandières propriétaires du château :
- Philippe de Glandières (1754-1832)
- Augustin de Glandières (1801- 1903) photo le jour de ses 100 ans. Voir pour son
secrétaire, son fauteuil et sa pipe.
- Louis Auguste de Glandières (1856-1912)
Il aura deux enfants : Paul de Glandières né en 1894 qui meurt à la guerre en 1917 à l’âge de 23 ans à Verdun.
Sa soeur Jeanne de Glandières née en 1900 épouse en 1929 le comte de Bienassis de Cauluson et hérite du château à la mort de sa mère en 1950. Jeanne de Glandières meurt en 1993 en laissant pour unique héritière sa fille cadette Bernadette de Bienassis de Cauluson.
Le château de Cabrespines est resté dans la famille de Glandières jusqu’en 2009, date à laquelle il a été vendu à Mr et Mme Delbouis Jean-Claude, actuels propriétaires, qui depuis ont entrepris d’importants travaux de restauration sous l’égide des bâtiments de France.
En 2017 ils rentreront dans leur 8ème tranche de travaux.

JPEG - 553.5 ko
JPEG - 510.2 ko
JPEG - 487.4 ko
JPEG - 513.7 ko
JPEG - 514.7 ko